Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Lire la suite »

Jérusalem

Jérusalem

Vue du quartier de Guilo Lire la suite »

Désert de Judée

Désert de Judée

Lire la suite »

 

Quelles leçons tirer du blocage politique et institutionnel en Israël?

C’est à la suite d’un premier ex-aequo politique intervenu après les élections d’avril 2019 entre la formation du Likoud avec à sa tête Binyamin Netanyahou et Kahol-Lavan avec à sa tête Binyamin Ganz, que la Knesset a préféré, à une large majorité, se saborder pour permettre que se dégage lors de nouvelles élections le 19 Septembre de la même année, une claire majorité de parlementaires en vue de la constitution d’une coalition et d’un gouvernement stables.
Pourtant, il s’avère après le dépouillement de ce second scrutin que cet objectif n’a pas été atteint: aucun des deux blocs de partis en présence ne peut seul atteindre un nombre suffisant de parlementaires élus pour constituer un gouvernement jouissant du soutien d’une majorité crédible au parlement.

Les explorateurs

La pente naturelle de l’esprit humain est l’autojustification. C’est aussi pourquoi il est si difficile de procéder à un échange intellectuel véritable. Pourtant, il y a eu des époques privilégiées où l’esprit soufflait, et où l’on prenait le temps d’écouter les idées de vos partisans et de vos adversaires. Se pourrait-il que ces temps aient été seulement rêvés par Lagarde et Michard?
En tout cas, il est certain que la révolution informatique et médiatique alliée en France aux conséquences du laxisme dans l’enseignement né de Mai 1968, a entraîné un appauvrissement du langage, et de la capacité d’écoute. L’une des conséquences de cette constatation est aussi l’enfermement intellectuel des masses dans des concepts simples manipulés et manipulateurs. Cette indigence mentale conduit aussi à la réémergence des mythes et des préjugés enfouis aux marges de la conscience des sociétés.
La remontée vertigineuse de l’antisémitisme européen s’inscrit aussi dans ce processus, même si la haine d’Israël qui n’en est qu’une des branches, a aussi d’autres sources.

La Résolution 2334 du Conseil de Sécurité: Une victoire pour le djihadisme, Bat Ye’or

La Résolution 2334 du 23/12/2016 du Conseil de sécurité de l’ONU vient appuyer au plan politique celle de l’UNESCO qui effaça l’histoire d’Israël dans sa patrie historique pour la remplacer par la version coranique de la Bible. Cette résolution prouve une fois de plus le contrôle islamique politique et culturel sur les instances internationales. Dévoyées de leur mission première, ces organisations sont utilisées par la corruption ou le terrorisme pour renforcer le pouvoir islamique mondial. Mais n’oublions pas toutefois que ceux qui votent sont des chefs d’Etats, des individus pleinement conscients et responsables, motivés par des intérêts et des idéologies souvent criminelles ne représentant pas toutes les opinions de leur peuple qu’ils tyrannisent y compris dans les « démocraties » européennes. Leurs dernières résolutions ne confirment pas seulement la victoire du jihadisme et de l’illettrisme, elles expriment le succès d’années d’efforts de cette Europe de l’après-guerre qui s’acharne à détruire, à diffamer et à délégitimer l’Etat hébreu au nom d’une justice islamique. L’origine de ce long parcours initié en 1967 revient à la France.
Quelles sont donc ces colonies israéliennes qui obsèdent tant les nations? D’immenses territoires à des milliers de km d’Israël, au-delà des mers ? Comment ce minuscule peuple les a-t-il conquis ? Rappelons les faits : en 1948 la Ligue Arabe décréta un jihad pour anéantir l’Etat hébreu. Les armées de cinq Etats arabes franchirent les frontières de la Palestine, territoire sur lequel le Traité de San Remo (1920) avait reconnu la légitimité d’un Foyer national juif. L’Egypte s’appropria Gaza, la Syrie campa sur le Golan et la Transjordanie colonisa la Judée-Samarie et la vieille ville de Jérusalem. Leurs habitants juifs furent tués ou chassés par les colons arabes qui s’emparèrent de leurs possessions, de leurs maisons et détruisirent leurs synagogues et leurs cimetières.

Le Statut des Juifs

Après 43 ans de présence en Israël, j’ai eu maintes fois l’occasion de croire que les conditions politiques, économiques, spirituelles et historiques étaient réunies pour que puisse être déclenchée une Alyah, une arrivée massive des Juifs de France et même d’Europe au Pays d’Israël.
En effet, surtout depuis l’année 2000, s’est produite une dégradation manifeste du statut des Juifs en Europe et particulièrement en France. Il ne s’est pas agi seulement d’un durcissement de la politique anti-israélienne dans l’arène internationale, mais bien du choix électoraliste de flatter la population arabe en France en tolérant et parfois en suscitant, par populisme salace, une dose d’antisémitisme dans l’Hexagone.

Un message aux Juifs éloignés

La civilisation occidentale s’est édifiée comme un syncrétisme entre ses sources grecques, latines et hébraïques. Sauf qu’elle a un problème récurrent avec ses sources hébraïques pour lesquelles elle est le plus souvent frappée d’amnésie. Saint-Paul, le Juif Saül de Tarse, est le vrai fondateur du Christianisme puisqu’il est le premier à avoir rejeté les Commandements de la Thora pour agglomérer le maximum de peuples à la religion qu’il fondait. Il transformait ainsi un projet spirituel pur en un projet de puissance empreint d’éléments de spiritualité qui assurèrent largement ses succès.
L’obstination du Peuple Hébreu, devenu le Peuple Juif dans la dispersion, à vivre et poursuivre sa route continue de susciter un questionnement lancinant pour les disciples de Saül. L’histoire de l’Occident jusqu’à nos jours est émaillée de vexations, de persécutions et de massacres contre les Juifs. En dernière analyse, la Shoah, a bien été une tentative criminelle de trouver une « solution finale » à ce questionnement.

Décaper la tentation du révisionnisme

La vision du monde de certains observateurs européens parmi les plus sérieux qui s’est exprimée par exemple dans une émission d’Arte-France ce 6 Juin 2019 a de quoi surprendre par l’ampleur de son aveuglement.
En un mot l’Europe occidentale serait dans la vérité d’un multilatéralisme savant et fécond et Trump serait le fauteur de troubles, populiste, égoïste, ignorant et grossier, destructeur de l’ordre mondial patiemment élaboré après 1945.
Décidément, les Français n’ont pas pardonné aux Américains de les avoir libérés de l’occupation nazie. L’une des questions posées à l’aréopage de spécialistes invités lors de ladite émission, n’était pas moins que l’affirmation (spécieuse) que bien d’autres Nations ayant participé à la libération de la France, ne donnait-on pas au Président des USA un honneur exagéré en lui réservant en France une place centrale lors de la commémoration de l’anniversaire du débarquement de Normandie?

Why my future is here An answer to Gershon Baskin

Gershon Baskin sees himself as a professional of peace. Otherwise we would not have seen for years his papers published in The « Jerusalem Post » under the subtitle: « Encountering Peace ». But his last article published on May 16, 2019, and written in Kigali, Ruanda, sounds more as a call to civil war in Israel than anything else.
If it is legitimate for him to praise the peaceful reconstruction of Ruanda after the genocide against the Tutsis which took place 25 years ago, his enthusiasm for the interdiction to use the term « tribe » there, is much less acceptable. And above all, the comparison with the situation in Israel, is a pure scandal.

Un autre traitement d’Israël et des Juifs

Il suffit de lire de quelle façon le journal « Le Monde » rend compte des affrontements entre l’Etat d’Israël et le Hamas pour comprendre l’état de délabrement moral dans lequel le postmodernisme a conduit l’Europe occidentale.
Plus de sept cent missiles contenant plusieurs centaines de kilos d’explosifs ont été tirés délibérément, en 3 jours, sur les civils israéliens dans un rayon de 40 kilomètres autour de Gaza. Si Israël n’avait pas inventé un système de protection antimissile unique au monde, Dôme de fer, qui est parvenu à arrêter 86% des tirs dirigés sur les centres habités, les morts se compteraient par milliers. Cependant la protection n’est pas absolue et l’on déplore en Israël 4 morts d’atteintes directes et de très nombreux blessés, plus d’un million d’Israéliens ayant été bloqués dans les abris pendant trois jours, entravant toute vie normale.

La réélection de Netanyahou

La réélection de Netanyahou qui va pour la cinquième fois constituer le Gouvernement d’Israël en tant que Premier Ministre, lance un défi à tous ceux qui, à l’intérieur comme à l’extérieur, escomptaient voir sa carrière finie. Il faut répéter que ses succès sont considérables. L’économie du pays est florissante, les réserves de devises satisfaisantes, le chômage est au plus bas, l’Armée est bien équipée avec une technologie dans certains domaines, parmi les plus avancées et sa diplomatie personnelle a assis l’Etat d’Israël dans la position d’une puissance régionale incontournable au Proche-Orient et prise en compte par les leaders mondiaux les plus importants, malgré le persistant mépris des dirigeants d’une Europe de l’Ouest déclinante.

Une minorité de Français

Voilà maintenant des années que certains observateurs franco-Israéliens expliquaient dans des articles et des conférences leurs inquiétudes pour la France. Ils mettaient en lumière le fait que les politiques anti-israéliennes des gouvernements français de droite et de gauche traduisaient en réalité un profond malaise d’une société, d’un Etat et d’un pays qui pendant deux siècles au moins avait été l’un des phares de l’humanité.
La collaboration avec les nazis et avec la Shoah, bien plus vaste que ce que de Gaulle avait réussi à faire croire, et la fin peu glorieuse de l’empire colonial français qui ne s’est pas transformé en « Communauté », continuent de miner la stature morale de la France.