Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Lire la suite »

Jérusalem

Jérusalem

Vue du quartier de Guilo Lire la suite »

Désert de Judée

Désert de Judée

Lire la suite »

 

Le pouvoir corrompt

netanyahou-2

Certes, l’actualité des dernières années a prouvé qu’en Israël aucun citoyen n’est au-dessus de tout soupçon. Si un Président de l’Etat, un Premier-Ministre, un Ministre des Finances et des Députés ont pu se retrouver en prison, cela tend à bien montrer que la Justice israélienne ne se laisse impressionner par personne et que les titres les plus prestigieux n’arrêtent pas son glaive. Face à la loi, dans notre pays, tous les hommes sont égaux et c’est là un gage d’attachement aux principes démocratiques.
Pourtant, il semble bien qu’il y ait de la part de certains cercles de la police et des Procureurs une nette tendance à l’exagération.

La Terre d’Israël

w-palestine-terre-sainte-carte-16-jpg_0000009357b0q8tsmxtp_l

L’on peut trouver une source d’encouragement dans le fait que les civilisations d’extrême- orient se sentent de moins en moins concernées par le refus obsessionnel de l’Islam et de la Chrétienté de reconnaître la souveraineté du Peuple d’Israël sur la Terre d’Israël. Nous y sommes tant accoutumés que l’énormité même de ce refus finit par nous échapper.

Une tentative de Putsch?

שלוה פילבר

Ce qu’il est convenu d’appeler la gauche israélienne et qui est en réalité la bourgeoisie ashkénaze antireligieuse qui a régné sans partage en Israël jusqu’en 1977 et ne supporte pas le verdict des urnes qui envoie régulièrement au pouvoir la droite modérée, mais a conservé quelques places fortes dans l’appareil de l’Etat et notamment la Justice, les médias et l’Armée et abhorre Netanyahou, semble bien tenter une prise d’assaut du pouvoir.
C’est Netanyahou qui est visé par le truchement de deux personnes qui ont sa confiance, dans deux affaires distinctes celle des sous-marins et celle de la Compagnie de télécoms BEZEQ.

L’Etat, le Kotel, les Libéraux et les Orthodoxes

Mont du temple

La querelle entre le Judaïsme libéral américain et l’Etat d’Israël à propos des règlements applicables au Mur Occidental du Mont du Temple, n’est pas anodine. Ce qui s’y dévoile est loin d’être aussi simple que ce qu’une logique simpliste voudrait faire croire.
Pour les Juifs libéraux des Etats-Unis, une tendance ultra-orthodoxe du Judaïsme tente d’imposer sa loi contestable aux autres courants actuels au sein du Peuple Juif, alors que ce lieu saint appartient au Peuple d’Israël tout entier.
Pour ceux qui pensent que le Peuple Juif ne saurait au point nodal de son Histoire et de son espérance faire l’économie du respect de la « Halacha », la Loi juive traditionnelle, au contraire, il convient à l’évidence de ne pas permettre en ce lieu des pratiques qui une fois tolérées, risquent de glisser sur la pente de la permissivité vers des situations inextricables et inacceptables.

UNE CHAPE DE PLOMB: UN BOULET VERS LA NOYADE DE LA CIVILISATION FRANÇAISE

20170621_085409

La chape de plomb sur le scandale de l’assassinat de Sarah Halimi ז »ל, est de même nature que la censure par la chaîne Arte en France du documentaire commandité par sa branche allemande sur l’antisémitisme en Europe.
Les « élites » médiatiques et politiques dans La France de 2017 sont incapables de regarder la réalité de l’antisémitisme musulman en face et cette paralysie entraîne leur pays vers le fond. Parce que le réel est toujours plus fort que l’attitude de fuite et que lorsque l’on cède sur la haine des Juifs, on cède ensuite sur bien d’autres choses, au point de mettre en péril sa propre identité et son ordre public.

TRUMP A JERUSALEM

Image (93)

La visite du président TRUMP à Jérusalem et ses suites juste après la conclusion d’un colossal contrat de fourniture d’armement en Arabie Saoudite, seront importantes à plus d’un titre. Elles vont permettre d’expliciter la véritable orientation du nouveau président des USA. En effet après une campagne électorale peu orthodoxe, durant laquelle il s’est livré à des promesses électorales sans précédent par leur caractère favorable à Israël, et surtout par l’engagement de transférer enfin l’ambassade U.S. de Tel-Aviv à Jérusalem créant ainsi une brèche dans le refus maladif et illégal de l’Occident de reconnaître la moindre légitimité d’Israël sur sa capitale, il semble, ces dernières semaines, commencer à tourner casaque.

La complaisance au mensonge

mensonge

Dans les années 50 et 60 du vingtième siècle, en tout cas, à l’école, l’aventure de la découverte du monde était encore un défi magique. Les « 75 aventures vécues » d’un livre très célèbre en ce temps-là, nous paraissaient, à nous les jeunes élèves, le modèle même d’une vie à suivre. Le contact scout avec la nature, l’effort et la responsabilité ne pouvait que renforcer notre enthousiasme.
L’an 2000 semblait l’Eldorado lointain d’une humanité à la fois technologique et apaisée. Mais du moins la division des humains en Nations n’était pas perçue comme une incongruité ou quelque chose dont il aurait fallu avoir honte. D’ailleurs, nombreux étaient encore les peuples qui attendaient leur indépendance ou qui venaient juste d’accéder ou de renouer avec la souveraineté après une longue période coloniale.

Persuader la Diaspora du nécessaire retour au Pays

Le processus de libération et de renaissance du Peuple d’Israël dans son pays s’avère long et difficile, plein de soubresauts et de surprises. Depuis les débuts de la dispersion puis après la perte de l’indépendance juive, chaque génération de Juifs restés dans l’authenticité de la Nation et de la foi d’Israël, a rêvé du retour.

 Il suffit pour se convaincre de la véracité de ce message, de comprendre l’Hébreu et de se référer, avec un minimum d’honnêteté intellectuelle, à la liturgie quotidienne, psalmodiée trois fois par jour depuis vingt-quatre siècles au moins et plus encore, à la liturgie des grandes fêtes.  Parfois, au long des siècles, des Juifs ont cessé de rêver, ont bravé tous les dangers et ont  accompli ce Retour, assurant malgré les épreuves, avec ceux qui étaient toujours demeurés au Pays, une permanence juive sur la Terre d’Israël.

Morale et Politique

Turkish President Recep Tayyip Erdogan poses inside the new Ak Saray presidential palace (White Palace) on the outskirts of Ankara on October 29, 2014 before hosting a reception marking Turkey's annual republic day which celebrates the foundation of modern Turkey in 1923. Erdogan unveiled his new presidential palace on the outskirts of Ankara, denounced by ecologists as an environmental blight and by the opposition as new evidence of his autocratic tendencies.  An immense project built at a reported cost of $350 million, it has an area of 200,000 square metres, 1,000 rooms and architecture that is supposed to marry modernism and the traditions of the mediaeval Seljuk dynasty. AFP PHOTO/ADEM ALTAN

Le pire ennemi de la paix est la complaisance à soi-même. Cela est vrai au plan individuel mais aussi au niveau des Nations.
Tout le monde sait en Occident qu’Erdogan a transformé en quelques années un Etat très largement laïque et démocratique en une autocratie islamique en mettant à bas l’œuvre d’Atatürk. Ce dirigeant entend en outre renforcer ses pouvoirs en engrangeant par le vote de la Diaspora turque un soutien populaire pour le plébiscite qu’il organise dans quelques jours.
C’est pourquoi il a dépêché en Europe occidentale des membres de son gouvernement pour servir ce dessein.

Non par peur, mais par lucidité

France-Israel

Dans un vieux pays comme la France, les soubresauts politiques constituent une situation inhabituelle et pleine de dangers. La population juive d’un pays autre qu’Israël a toujours des raisons de craindre l’instabilité dans ce pays.
C’est toujours dans ces moments de crises que se réveillent les vieux démons. La haine des Juifs en est un. Surtout si la situation de ce point de vue s’est dégradée depuis longtemps, l’antisémitisme de gauche en France marchant désormais sans conteste main dans la main avec l’antisémitisme de droite.