Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Lire la suite »

Jérusalem

Jérusalem

Vue du quartier de Guilo Lire la suite »

Désert de Judée

Désert de Judée

Lire la suite »

 

L’Exil et le Royaume

Il extrêmement frappant de constater qu’un homme de la stature d’Alain Finkielkraut peut à la fois être d’une extraordinaire lucidité lorsqu’il traite des problèmes de la France et d’un aveuglement d’idéologue borné lorsqu’il traite des problèmes d’Israël.
Lorsqu’il se pose en défenseur de la notation à l’École en France parce qu’il éprouve avec des personnes de plus en plus nombreuses que le post-modernisme entraîne la société occidentale vers le bas, ce qui ne fait pas de lui un « réactionnaire », mais plutôt un observateur avisé de la société dans laquelle il vit, il est en phase avec son univers.Mais quand il articule que les prochaines élections en Israël seraient « celles de la dernière chance » et répète les poncifs éculés d’une gauche israélienne à bout de souffle, selon lesquels « l’occupation pervertit », ou évoque son soutien aux manifestations d’Arabes palestiniens contre  des établissements juifs prétendument illégaux, l’on peut légitimement se demander si nous vivons sur la même planète et mettre en doute son sens des réalités.

Jérusalem

Les Européens de l’ouest sont de plus en plus incohérents dès qu’il s’agit de Jérusalem. Ils véhiculent à ce propos, depuis des dizaines d’années, des idées préconçues, des affirmations prétendument juridiques fausses et des « évidences » qui n’en sont pas.
Rappelons que l’Etat est le principal sujet de droit international et que tout Etat est seul habilité à fixer le lieu de sa capitale. Rappelons que le seul document de droit international consensuel relatif à la reconnaissance par les Puissances des droits nationaux du Peuple Juif sur son pays et les droits concomitants des Arabes est le Traité de Sanremo consécutif à la première guerre mondiale pris sous les auspices de la Société des Nations (SDN).

האיים עיתונאי צרפתי בכיר שותף לאלה המכישים ההיסטוריה היהודית?

פרסם לפני זמן קצר מנהל העיתן הצרפתי :ליברסיון » מאמר שנקרא: » האיים ה’ דיפלומט? ». במאמר זה, הוא דן

בתגובת שגרירת ישראל בצרפת לרעיון בו היא הצהירה באופן
טבעי וציינה את העובדה הפשוטה כי ירושלים היא בירתה של העם היהודי מזה 3000 שנה, מאז שהמלך דוד הכריז על כך. הוא ניסה לבסס את הרעיון כי ההיסטריה היהודית היא הגדה בלבד, לפחות מקודם למאה ה-6 לפני הספירה.
נכון, מספר קטן של ארכאולוגים ישראליים פוסט-מודרניים, רודפי פרסומת, כמו פינקלשטיין וסילברמן, ניסו, לפני מספר שנים, להפיץ את הרעיון כי התורה היא בעצם קונספירציה פוליטית של משרתי מלכי יהודה, בדומה להגדות המלוות מלכות צרפת.

Laurent Joffrin complice du négationnisme arabe?

Le directeur de la publication de « Libération » a fait paraître récemment un article intitulé: « Dieu est-il diplomate », où, à la lumière de l’exclamation naturelle de l’Ambassadrice d’Israël en France rappelant le simple fait que Jérusalem est la capitale du Peuple Juif depuis 3000 ans, depuis que le roi David l’a proclamée telle, il tente d’accréditer l’idée que l’Histoire juive serait pure légende, en tout cas antérieurement au 6ème siècle avant l’ère commune. Il est vrai qu’un petit nombre d’archéologues Israéliens post-modernes, en mal de publicité, comme Finkelstein et Silberman, avaient il y a quelques années tenté d’accréditer l’idée que le texte de la Thora serait le fruit d’une machination politique des serviteurs des rois de Juda, à l’instar des légendes accompagnant la royauté française.

Le temps du choix

Il arrive parfois que l’on ne puisse éviter d’aborder les sujets qui fâchent. Les rapports Israël-Diaspora sont du nombre. Avec toute la bonne volonté de part et d’autre pour reconnaître et célébrer l’unité du Peuple Juif, une réalité vécue qui transcende toutes les analyses sociologiques et anthropologiques, le rétablissement de la souveraineté juive dans la patrie historique du Peuple Juif, il y a 70 ans, et les succès comme les échecs de l’Etat d’Israël, posent désormais, et de plus en plus, l’équation juive en terme de choix et en terme d’engagement urgents.

Plus de trois cent morts à El Arich

Voilà que les musulmans fanatiques de Daesh lancent une attaque massive contre une mosquée d’El Arish faisant plus de trois cent morts, hommes, femmes et enfants.
A la fin des années 50 et au début des années 60 du 20ème siècle, les Egyptiens commanditaient des actes terroristes dans le Néguev et nul n’a oublié les victimes juives de l’Autobus de Maale Haakrabim.

Raisonner sur l’antisémitisme

Voir, depuis Israël, un débat télévisé français sur le « nouvel antisémitisme » ressemble aujourd’hui, pour un militant juif septuagénaire devenu Israélien il y a plus de 40 ans, à un mauvais rêve plein d’évocations tragiques et de prémonitions dramatiques. Mais surtout, il confirme l’impression d’indigence intellectuelle, de défaut de connaissances historiques élémentaires et plus encore de mauvaise foi et de malhonnêteté intellectuelle de la plupart des débateurs.

Dans Gog et Magog, pour qui prendre parti?

Comme chacun sait, le Peuple Juif a un très long compte historique à régler tant avec la civilisation chrétienne qu’avec la civilisation musulmane.
Dans chacune des deux, les Juifs ont eu à subir des exactions, des brimades, des conversions forcées et des massacres.
Depuis le rétablissement de la souveraineté juive dans son pays, l’hostilité prend des formes variées, souvent aigües, même si les règles de ces jeux cruels ont changé, essentiellement du fait de la puissance de Tsahal et du développement technologique d’Israël.
Or, nous assistons à l’affrontement renouvelé entre l’Occident, enraciné dans la civilisation chrétienne, d’un côté, et l’Islam de l’autre, entre Edom et Ishmaël selon les archétypes décryptés par la pensée juive.

NATION ET CONSCIENCE HISTORIQUE

L’excès en tout est un défaut. Les excès du nationalisme aux 19ème et 20ème siècles ont conduit l’histoire mondiale aux pires catastrophes morales dont la Shoah. Les Juifs, exilés dix-neuf siècles, en ont largement payé le prix.
Pourtant la division de l’humanité en nations est une donnée permanente de l’Histoire et est légitime. Elle ne porte pas atteinte à la fraternité naturelle entre tous les humains proclamée par la Bible hébraïque entre tous les fils et filles d’Adam. De plus, lorsque s’organise de bonne foi le concert des nations sur la base de valeurs minimales communes, elle devient une source d’espérance.
Il a fallu près d’un demi-siècle pour que l’Occident prenne conscience à la fois de l’horreur du massacre des Juifs perpétré sur son sol et des abus de la période coloniale. C’est notamment sur la base de ce sentiment de culpabilité que s’est développée l’idéologie post-moderne qui entraîne la désintégration de la pensée et la réécriture de l’Histoire

KIPPOUR

Pendant Kippour, les Juifs du monde entier vivent une expérience unique. La Nation juive toute entière se rassemble un jour par an, en Israël dans un silence inouï, pour repartir du bon pied. Cette imploration commune du pardon des fautes auprès du Créateur du ciel et de la terre se fonde sur une vision morale du monde.
Ce qui fait que le Judaïsme n’est pas une simple religion mais un peuple, c’est précisément le fait que la Nation entière assume les fautes de tous ses membres face à D.ieu. En dernière analyse, il ne saurait y avoir de solidarité plus grande.