Category Archives: Uncategorized

Les enjeux de pouvoir en Israël

La gauche israélienne ne parvient pas à réaliser qu’elle ne reprendra jamais le pouvoir. La catastrophe des accords d’Oslo l’a définitivement disqualifiée. Contrairement à ce que voudrait laisser croire une campagne sournoise actuelle des principaux médias, l’affaire de l’assassinat de Rabin est loin d’être réglée 24 ans après. La réalisation d’un film lénifiant sur le sujet tente de colmater les énormes brèches de la version officielle et les commentateurs patentés essaient de jeter le discrédit sur tous ceux qui expriment sur elle des doutes légitimes.
Les accords d’Oslo ont non seulement coûté la vie à des centaines d’Israéliens innocents, ont estropié des milliers d’autres mais en outre la politique de Rabin et Peres a constitué une série d’atteintes principielles à la trame même de l’Histoire Juive et à la démocratie israélienne, sans compter, par la réhabilitation d’Arafat, la folle justification du terrorisme comme méthode partout dans le monde. La violation massive des libertés publiques à cette occasion par des gens qui n’ont soi-disant que le respect de la loi à la bouche, constitue une cocasserie tragique.

Why my future is here An answer to Gershon Baskin

Gershon Baskin sees himself as a professional of peace. Otherwise we would not have seen for years his papers published in The « Jerusalem Post » under the subtitle: « Encountering Peace ». But his last article published on May 16, 2019, and written in Kigali, Ruanda, sounds more as a call to civil war in Israel than anything else.
If it is legitimate for him to praise the peaceful reconstruction of Ruanda after the genocide against the Tutsis which took place 25 years ago, his enthusiasm for the interdiction to use the term « tribe » there, is much less acceptable. And above all, the comparison with the situation in Israel, is a pure scandal.

Une minorité de Français

Voilà maintenant des années que certains observateurs franco-Israéliens expliquaient dans des articles et des conférences leurs inquiétudes pour la France. Ils mettaient en lumière le fait que les politiques anti-israéliennes des gouvernements français de droite et de gauche traduisaient en réalité un profond malaise d’une société, d’un Etat et d’un pays qui pendant deux siècles au moins avait été l’un des phares de l’humanité.
La collaboration avec les nazis et avec la Shoah, bien plus vaste que ce que de Gaulle avait réussi à faire croire, et la fin peu glorieuse de l’empire colonial français qui ne s’est pas transformé en « Communauté », continuent de miner la stature morale de la France.

L’Exil et le Royaume

Il extrêmement frappant de constater qu’un homme de la stature d’Alain Finkielkraut peut à la fois être d’une extraordinaire lucidité lorsqu’il traite des problèmes de la France et d’un aveuglement d’idéologue borné lorsqu’il traite des problèmes d’Israël.
Lorsqu’il se pose en défenseur de la notation à l’École en France parce qu’il éprouve avec des personnes de plus en plus nombreuses que le post-modernisme entraîne la société occidentale vers le bas, ce qui ne fait pas de lui un « réactionnaire », mais plutôt un observateur avisé de la société dans laquelle il vit, il est en phase avec son univers.Mais quand il articule que les prochaines élections en Israël seraient « celles de la dernière chance » et répète les poncifs éculés d’une gauche israélienne à bout de souffle, selon lesquels « l’occupation pervertit », ou évoque son soutien aux manifestations d’Arabes palestiniens contre  des établissements juifs prétendument illégaux, l’on peut légitimement se demander si nous vivons sur la même planète et mettre en doute son sens des réalités.