En çok aranan firmalardan biri olan 1xbet türkiye giriş sizlere güvenilir bağlantı girişi sağlamaktadır. Telefonlarınızdan da sorunsuz bir şekilde giriş yapabileceğiniz 1xbet mobi sayesinde günün her saati konum fark etmeksizin işlem yapabilirsiniz. Android cihazlar için özel olarak yapılmış olan 1xbet apk sayesinde uygulama içerisinde kumar oynayabilirsiniz. Yasaklı siteler arasında olsa da sürekli ala adı değiştiren firma anlık olarak 1xbet güncel giriş sitesinden yeni domain girişini paylaşmaktadır. Sorunsuz bir şekilde mobil ödemeli bahis siteleri sayesinde her türlü ödeme yöntemini kolaylıkla kullanabilme şansınız bulunuyor. Sektörde bir çok farklı site bulunuyor fakat bunların arasında en iyi bahis siteleri hangileri merak ediyorsanız içeriğimizi ziyaret edebilirsiniz. Hemen hemen her sitede bulunan canlı bahis özelliği sayesinde farklı maçlarda farklı bahisler yapabilirsiniz. Farklı bir adres üzerinden iddaa siteleri içeriğine ulaşarak güvenilir bir bağlantı sayesinde erişim sağlayın. Farklı bir adresteki güvenilirliği sorgulamak zor olabiliyor ama sizlerle en güvenilir bahis siteleri hangileri onları tartışmak için güzel bir içerik oluşturduk. Birbirinden farklı oyunlara kolaylıkla erişi sağlayarak hemen kumar oynayabileceğiniz casino oyna adresini takibe alın. İstanbulun en sağlam ve güvenilir firması olan su kaçağı hizmetinde profesyonel kadrosu ile hizmetinizde.

Category Archives: Monde

Déstabilisation

Le maître-mot des temps que nous vivons est bien celui de déstabilisation. D’une part, L’attaque massive de la Russie contre l’Ukraine avec pour objectif avoué de phagocyter ce pays européen plus vaste que la France, remet en cause bien des postulats politiques et sécuritaires.
En second lieu, près de trois années d’une pandémie mondiale sans réel précédent surtout par ses effets économiques et psychologiques et sur la mortalité des personnes âgées, questionne nos orgueilleuses certitudes sur les avancées de la médecine et même de la science en général.
Ajoutons l’accès évité de justesse à la présidence de la république en France par un parti originaire de l’extrême droite (même si il a quelque peu évolué), avec tous les effets potentiels d’une telle évolution et ses significations sur l’état véritable de ce grand pays européen.
Enfin, la réunion sans précédent en Israël des ministres des affaires étrangères des principaux pays arabes pour donner corps concrètement aux « Accords d’Abraham », promesse d’une stabilisation tant attendue au Proche-Orient, aussitôt mise en question par des troubles orchestrés du Hamas sur le Mont du Temple. Sans compter la poursuite d’un terrorisme ignoble contre la vie d’Israéliens innocents. La presse occidentale n’hésitant pas, une fois de plus, à se rendre complice des « fake news » diffusées par les extrémistes arabes.

Option de foi

Les Juifs sont hélas trop familiers des situations de crise. Il n’est guère de Juifs vivants à ce jour qui ne soient, d’une manière ou d’une autre, des rescapés. Et il ne s’agit pas seulement du drame majeur du vingtième siècle, la Shoah, le massacre sélectif de masse en Europe civilisée d’un tiers du Peuple Juif.
Un examen plus attentif de la destinée juive révèle un enchaînement historique, presque ininterrompu de drames, massacres, guerres, viols, fuites, expropriations, vols, destructions, expulsions et autres. C’est la vie paisible des Juifs qui est l’exception. Presque toutes les familles du Peuple d’Israël conservent le souvenir de drames. Mais c’est justement parce que ceux qui sont demeurés dans le giron de ce Peuple, en dernière analyse, sont restés liés à la foi juive, ou l’ont redécouverte, qu’ils ne se complaisent pas dans une posture victimaire.
Ils vont de l’avant en Diaspora comme en Israël. Ils sont restés fidèles, et leurs textes fondamentaux en font foi, non seulement à l’unicité divine mais aussi à leur pays, leur patrie historique, la Terre d’Israël, conquise, détruite, gravement dépeuplée puis colonisée par l’ennemi, il y a deux mille ans.

L’engrenage ?

Il semble de plus en plus que le déclenchement de l’attaque de l’armée russe contre l’Ukraine ne soit pas le résultat d’une politique murement réfléchie par la direction d’une grande puissance mondiale, en vue d’une stratégie bien établie, ayant bien pesé après réflexion et évaluations la conduite des affaires, mais bien un mouvement d’humeur d’un dictateur craint de tous ceux qui l’entourent au point de ne pouvoir lui suggérer autre chose que ce qu’il veuille entendre. L’enfermement dans une certaine « conception » vous rendant sourd et aveugle à tout ce qui la contredirait, est la recette certaine vers des catastrophes.
C’est là le piège classique de tous les « souverains éclairés » qui soudain ou progressivement cessent de l’être, en devenant despotes.
Il est certain que Wladimir Putin n’avait pas tablé sur un embourbement de sa puissante armée de terre pendant un mois face à une farouche résistance. Il est certain que le Président russe n’avait pas escompté une résilience active de l’armée de l’air ukrainienne ni un véritable soulèvement populaire contre son armée de la part du berceau de la RUS, ni les capacités manœuvrières du Président ukrainien, ancien acteur rompu aux exercices médiatiques, qui s’est avéré capable de galvaniser son peuple.

Amnesty: The Goebbels Method

The similarity between Nazi anti-Semitic propaganda films based on a revolutionary mastery of audio-visual from the thirties of the previous century and Amnesty’s current global campaign claiming to accuse the State of Israel of « apartheid » because of its very existence is absolutely striking.
This new campaign consists of a series of montages, pretenses, sophistries, deceptions by omission in each chapter, which mixes with a perverse art very little truth with a lot of lies. The goal is very clearly the will to harm.
Apartheid was the hateful racist system established in South Africa, until about a quarter of a century ago, from systematic discrimination between whites and blacks to the tiniest details of everyday life: separate entrances to shops, separate hospitals, separate transport etc., blacks were dramatically deprived of their basic rights.
Amnesty has chosen to invent, by manipulating reality and words, a definition of the term « apartheid » that could be applied, in deception, to the effort of the people of Israel to make their sovereign state exist, against all odds, in its Historical Homeland.

Amnesty: la méthode Goebbels

La similitude entre les films de propagande antisémite nazis fondée sur une maîtrise révolutionnaire de l’audio-visuel des années trente du siècle précédent et la campagne mondiale actuelle d’Amnesty prétendant accuser l’Etat d’Israël d’ « apartheid » du fait de son existence même, est absolument frappante.
Cette nouvelle campagne consiste en une série de montages, de faux-semblants, de sophismes, de tromperies par omission à chaque chapitre, qui mêle avec un art pervers très peu de vérité avec énormément de mensonges. L’objectif est très clairement la volonté de nuire.

Pressentiments

Il est bien clair que nous avons changé d’époque. La reconstruction de l’Europe occidentale après 1945 avait insufflé une vague d’espoir et de créativité, en plus d’un Baby-boom dans ces pays, dont l’effet régénérateur a été nommé en France : « les Trente Glorieuses ».
Parallèlement, la renaissance de l’Etat d’Israël apparaissait aux Européens comme le point d’orgue d’une réparation morale après le massacre des Juifs de ce continent.
L’Occident, regroupé dans l’OTAN sous la direction des Etats-Unis, réaffirmait ses valeurs de libertés publiques et de libéralisme économique face au bloc constitué par les Soviétiques privé, lui, de ces facultés vitales.
Pourtant, dès les années 60 du siècle précédent, certaines altérations au consensus occidental se manifestaient. La constitution de la CEE, avec en vue une politique de puissance propre, à l’avenir, et la politique militaire française de Charles de Gaulle d’autre part, entamaient l’unité de l’Ouest.

Entre Kesse Leassor, entre Roch Hachana et Kippour

Cette année, plus que jamais peut-être, l’état du monde, et du Pays d’Israël, pour ne pas parler de notre Exil natal, la France, nous invite à une introspection et sans doute à un « Brain-Storming » collectif.
La dérive climatique à l’échelle de la planète, devient vraiment préoccupante : les vagues de chaleur extrême, les tempêtes, les inondations catastrophiques, la fonte des glaciers, de la banquise, du permafrost, la raréfaction de l’eau douce, la montée des eaux marines, sont devenus soudain de moins en moins théoriques.
Mais la pandémie du Covid 19 qui se poursuit largement un peu partout en 2021, avec ses différentes variantes, bloquant pratiquement le tourisme mondial et les possibilités de voyager facilement, tout en provoquant une mortalité qui est loin d’être négligeable, et un choc économique, constitue aussi un profond souci. Même si le vaccin et son rappel semblent faire reculer l’acuité du problème, nous ignorons encore tous l’étendue de sa protection à long terme.

Canicules

Notre monde commence à bouillir. Ce fait est de moins en moins discutable. Pourtant, rien ne prouve vraiment que le réchauffement soit essentiellement et encore moins exclusivement le résultat de l’action humaine, puisque les scientifiques rigoureux s’accordent à dire que bien d’autres facteurs peuvent entrer en jeu. Les prudents savent qu’il ne faut jurer de rien, surtout quand des intérêts économiques et politiques considérables sont désormais à la clé.
Cependant le doute sur la responsabilité des hommes dans la crise climatique et les prédictions catastrophiques pour les années qui viennent continuent de nous hanter. Les gaz à effet de serre, l’intense circulation aérienne, la pollution généralisée depuis la « révolution industrielle », la déforestation, ont-ils plus de poids que le rayonnement solaire changeant ou que les poussières émises par les volcans ou d’autres phénomènes sur lesquels l’homme ne peut rien ? Les calottes glaciaires polaires, le permafrost, la Sibérie, le Groenland, les glaciers alpins fondent. La mer monte un peu partout, et l’eau douce se raréfie.

Pourquoi Kobili Traore, l’assassin avéré de Sarah Halimi, doit-il être jugé en Israël ?Par Léon Rozenbaum*

Le code pénal israélien (Hok Hahonshin) prévoit dans son article 13 (B) (2) Amendement No 39, 5754-1994, que le droit pénal israélien s’applique à « des infractions commises à l’étranger contre la vie d’un Juif, son intégrité physique, sa santé, ou son patrimoine, en raison du fait qu’il est Juif ».
Il s’agit d’une dérogation au principe de territorialité de la compétence des tribunaux israéliens. Ceux-ci sont normalement conduits à juger des crimes et des délits uniquement sur le territoire national. La justification de cet état de fait et de droit est à rechercher dans la longue Histoire du Peuple d’Israël. L’Etat national du Peuple Juif garde en effet, une mémoire vivace de la nuit de l’exil durant laquelle, beaucoup trop souvent, les infractions contre les Juifs restaient impunies, y compris les crimes les plus sanglants.
Cela doit cesser définitivement avec la restauration de la souveraineté juive dans son Pays. Il faut donc, dans les cas où un tel crime même commis en dehors d’Israël demeure impuni dans des conditions suspectes, instituer une compétence subsidiaire au profit des tribunaux d’Israël, à l’instar de la compétence de la Cour Pénale internationale, face à des systèmes judiciaires déficients.

Les mensonges de « France-Infos »

A chaque nouvel affrontement délibéré du Hamas contre Israël, le même phénomène d’inféodation de la presse française au « narratif » arabe, sous la houlette de l’Agence France-Presse, se vérifie et s’intensifie.
Tombé par hasard sur une dépêche de « France-Infos », l’auteur de ces lignes n’a pu que constater le degré de perversité de la manipulation de l’information au détriment d’Israël, mais surtout au détriment de la vérité.
Le plus frappant est de constater que la technique, déjà ancienne, d‘exposer à propos d’Israël une demi-vérité en « oubliant » la cause première, ce qui constitue un vrai mensonge, porte de plus en plus atteinte à la France elle-même, face à la montée de l’Islam sur son sol.
Ainsi, le développement de ladite dépêche sur le prétendu sort de quelques familles arabes du quartier dénommé en Arabe « Sheikh Jarrah » et en Hébreu « Shimon Hatsadik » (puisqu’y est érigé le tombeau d’un grand-prêtre révéré par le Talmud) qui seraient menacées d’ »expulsion » de propriétés qu’elles occuperaient « depuis des siècles » fait l’impasse absolue sur la vérité.
Ces immeubles et ces terrains sont la propriété régulièrement inscrite au cadastre de familles juives qui en ont été dépossédées illégalement en 1948 après l’invasion jordanienne de la partie est de Jérusalem. Un minimum d’honnêteté intellectuelle consisterait à vérifier ces données pour apprendre qu’une procédure judiciaire est en cours et qu’effectivement il n’est pas exclu que le Tribunal fasse droit à la demande des légitimes propriétaires de recouvrer leurs biens.