Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Le Gush Etzion vu de Jérusalem

Lire la suite »

Jérusalem

Jérusalem

Vue du quartier de Guilo Lire la suite »

Désert de Judée

Désert de Judée

Lire la suite »

 

Canicules

Notre monde commence à bouillir. Ce fait est de moins en moins discutable. Pourtant, rien ne prouve vraiment que le réchauffement soit essentiellement et encore moins exclusivement le résultat de l’action humaine, puisque les scientifiques rigoureux s’accordent à dire que bien d’autres facteurs peuvent entrer en jeu. Les prudents savent qu’il ne faut jurer de rien, surtout quand des intérêts économiques et politiques considérables sont désormais à la clé.
Cependant le doute sur la responsabilité des hommes dans la crise climatique et les prédictions catastrophiques pour les années qui viennent continuent de nous hanter. Les gaz à effet de serre, l’intense circulation aérienne, la pollution généralisée depuis la « révolution industrielle », la déforestation, ont-ils plus de poids que le rayonnement solaire changeant ou que les poussières émises par les volcans ou d’autres phénomènes sur lesquels l’homme ne peut rien ? Les calottes glaciaires polaires, le permafrost, la Sibérie, le Groenland, les glaciers alpins fondent. La mer monte un peu partout, et l’eau douce se raréfie.

שנאת חינם כמניע פוליטי

בנימין נתניהו נשא את הנאום המשכנע ביותר בקריירה שלו בכנסת. התיעוד של פעולתו כמדינאי הוא, לכל צופה הגון, יוצא דופן. במשך 15 שנה הוא שלט בחיים הפוליטיים של המדינה בראש ובכתפיים ובמשך 12 שנים ברציפות בראש המדינה, הוא קידם את מדינת ישראל בתחומים רבים לקפיצת מדרגה אמתית.
בין אם מדובר בפיתוח טכנולוגי, בריאות כלכלית כללית, בציוד כבישים ורכבות, בצמיחת הכוח הצבאי, בצמיחה הדיפלומטית העצומה, בניהול משבר ה- , COVID-19, באומץ לקום לבדו בזירה הבינלאומית, לנוכח המטרות האנטי-יהודיות המוצהרות של איראן של האייתוללות, הצלחות אלה נושאות את חותמו האישי של ראש הממשלה היוצא.
השחיקה הבלתי נמנעת של השלטון התגברה כעת על מעמדו, שנראה בלתי פגיע במשך זמן כה רב. אבל הורדתו דרשה לא פחות מקואליציה רבגונית מימין עד לשמאל הקיצוני ואפילו חלק מציבור הבוחרים הערבי האסלאמיסטי, כדי להשיג תוצאה זו בקושי רב, ב-60 קולות מול 59 מחברי הכנסת!
יש כל סיבה להאמין שהמשפט המניפולטיבי שהוגש נגדו על ידי גוף פרקליטים בידי השמאל הקיצוני, בתמיכת עיתונות שותפה ברובה, פגע קשות במשך חודשים בסמכותו. ניתן גם לציין כי משפט זה נתקע ברגע שההגנה מדגישה את חוסר הגיון וההטיה של התביעה, כאשר העיתונות היא בנושא זה, לפתע, אילמת באופן מוזר.

La haine gratuite comme moteur politique

Binyamin Natanyahou vient de prononcer à la Knesset le discours le plus convaincant de sa carrière. Le bilan de son action d’homme d’Etat est, pour tout observateur honnête, exceptionnel. Depuis 15 ans, il domine de la tête et des épaules, la vie politique du pays et depuis douze ans sans discontinuer aux commandes de l’Etat, il a fait progresser l’Etat d’Israël dans de nombreux domaines d’un véritable bond en avant.
Qu’il s’agisse du développement technologique, de la santé économique générale, des équipements routiers et ferroviaires, de la croissance de la puissance militaire, de la transcroissance diplomatique, de la gestion de la crise du COVID 19, du courage de s’élever seul dans l’arène internationale, face aux visées génocidaires antijuives avouées de l’Iran des Ayatollahs, ces succès portent l’emprunte personnelle du Premier Ministre sortant.
L’inévitable usure du pouvoir vient d’avoir eu raison de son statut qui semblait intouchable si longtemps. Mais il n’a fallu pas moins qu’une coalition hétéroclite allant de la droite à l’extrême gauche et même une part de l’électorat arabe islamiste, pour obtenir à grand-peine ce résultat par 60 voix contre 59 des députés de la Knesset !
L’on est largement en droit de penser que le procès manipulatoire qui lui a été intenté par un corps de procureurs aux mains de l’extrême gauche, avec le soutien d’une presse largement complice, a depuis des mois, gravement miné son autorité. L’on peut remarquer d’ailleurs que ce procès s’enlise dès que la défense met en lumière l’incohérence et le parti-pris de l’accusation, la presse étant, soudain, étrangement muette.

Pourquoi Kobili Traore, l’assassin avéré de Sarah Halimi, doit-il être jugé en Israël ?Par Léon Rozenbaum*

Le code pénal israélien (Hok Hahonshin) prévoit dans son article 13 (B) (2) Amendement No 39, 5754-1994, que le droit pénal israélien s’applique à « des infractions commises à l’étranger contre la vie d’un Juif, son intégrité physique, sa santé, ou son patrimoine, en raison du fait qu’il est Juif ».
Il s’agit d’une dérogation au principe de territorialité de la compétence des tribunaux israéliens. Ceux-ci sont normalement conduits à juger des crimes et des délits uniquement sur le territoire national. La justification de cet état de fait et de droit est à rechercher dans la longue Histoire du Peuple d’Israël. L’Etat national du Peuple Juif garde en effet, une mémoire vivace de la nuit de l’exil durant laquelle, beaucoup trop souvent, les infractions contre les Juifs restaient impunies, y compris les crimes les plus sanglants.
Cela doit cesser définitivement avec la restauration de la souveraineté juive dans son Pays. Il faut donc, dans les cas où un tel crime même commis en dehors d’Israël demeure impuni dans des conditions suspectes, instituer une compétence subsidiaire au profit des tribunaux d’Israël, à l’instar de la compétence de la Cour Pénale internationale, face à des systèmes judiciaires déficients.

Les mensonges de « France-Infos »

A chaque nouvel affrontement délibéré du Hamas contre Israël, le même phénomène d’inféodation de la presse française au « narratif » arabe, sous la houlette de l’Agence France-Presse, se vérifie et s’intensifie.
Tombé par hasard sur une dépêche de « France-Infos », l’auteur de ces lignes n’a pu que constater le degré de perversité de la manipulation de l’information au détriment d’Israël, mais surtout au détriment de la vérité.
Le plus frappant est de constater que la technique, déjà ancienne, d‘exposer à propos d’Israël une demi-vérité en « oubliant » la cause première, ce qui constitue un vrai mensonge, porte de plus en plus atteinte à la France elle-même, face à la montée de l’Islam sur son sol.
Ainsi, le développement de ladite dépêche sur le prétendu sort de quelques familles arabes du quartier dénommé en Arabe « Sheikh Jarrah » et en Hébreu « Shimon Hatsadik » (puisqu’y est érigé le tombeau d’un grand-prêtre révéré par le Talmud) qui seraient menacées d’ »expulsion » de propriétés qu’elles occuperaient « depuis des siècles » fait l’impasse absolue sur la vérité.
Ces immeubles et ces terrains sont la propriété régulièrement inscrite au cadastre de familles juives qui en ont été dépossédées illégalement en 1948 après l’invasion jordanienne de la partie est de Jérusalem. Un minimum d’honnêteté intellectuelle consisterait à vérifier ces données pour apprendre qu’une procédure judiciaire est en cours et qu’effectivement il n’est pas exclu que le Tribunal fasse droit à la demande des légitimes propriétaires de recouvrer leurs biens.

QUE VONT FAIRE LES COLLABORATEURS REVOLTES ?

Hier, le 6 Avril 2021, la 25ème Knesset depuis le rétablissement de la souveraineté juive a prêté serment. Le problème est que c’est la quatrième en deux ans et que ce fait exprime une instabilité politique dangereuse dans une démocratie si particulière par l’hétérogénéité de sa population et sa situation géostratégique, comme l’Etat d’Israël.
Il convient certes de ne pas exagérer les dangers puisque dans le système constitutionnel israélien constitué d’une série de lois fondamentales, un Gouvernement de transition conserve légalement pratiquement toutes les compétences d’un Gouvernement ayant joui d’un vote de confiance et disposant d’une majorité stable au Parlement. Un corps de fonctionnaires dévoués assure par ailleurs, comme dans toutes les démocraties évoluées, la continuité de l’action de l’Etat.
La crise du Corona a, au total, été gérée au cœur de cette crise politique avec un certain brio par le Premier Ministre M. Netanyahou, ce que certains sont prêts à reconnaître malgré les haines et les jalousies, puisque Israël se trouve parmi les pays à avoir su pratiquement surmonter la crise sanitaire et la crise économique, ce qui, comme chacun sait, et loin d’être le cas de tous les pays , même développés.

À la veille du quatrième tour

À un peu moins d’un mois de la quatrième échéance électorale en Israël en deux ans, il peut être utile de préciser à nouveau les enjeux à partir d’une grille de lecture qui se détache des concepts en vogue dans l’Occident contemporain.
En effet, il ne s’agit pas, à notre sens d’un conflit entre le « progressisme » d’un côté et le « populisme » de l’autre. Ces termes sont en vérité fortement entachés de manipulation tant aux USA qu’en Europe et même, très largement, en Israël, dans les milieux éloignés des concepts de la Tradition Juive.
L’enseignement du Rav Léon Askenazi-Manitou זצ »ל, est révolutionnaire au sens où il permet, grâce à un niveau de connaissances élevé tant en culture juive qu’en culture profane, de jauger de nouveau la pensée occidentale à l’aune de la pensée juive.
Depuis deux siècles au moins, les Juifs s’étaient laissés aller à juger des valeurs juives à lumière des catégories occidentales, mode de fonctionnement d’où ils pouvaient seulement sortir perdants.

Que pouvions-nous attendre d’un diplomate français, fut-il juriste ?

Au mois de mai 2020, le signataire de ces lignes avait adressé une lettre ouverte à M. Marc Perrin de Brichambaut diplomate et juriste français, juge à la Cour Pénale Internationale de La Haye, lui recommandant de ne pas céder aux pressions mondialistes et de s’opposer aux manœuvres de l’Autorité Palestinienne née des accords d’Oslo.

En effet cette dernière tente de faire condamner Israël pour prétendus « crimes de guerre » à l’occasion des mesures d’autodéfense prises par cet Etat démocratique face aux bombardements de sa population civile par l’organisation terroriste du Hamas contrôlant Gaza et aux tentatives d’infiltrations armées incluant dépôts de mines.
Or M. de Brichambaut a été désigné comme l’un des trois juges d’une commission de cette institution relativement récente pour déterminer si une suite doit être donnée à ces manœuvres malgré toutes les circonstances de fait et de droit, qui en toute logique et honnêteté intellectuelle interdisent absolument d’approuver cette manipulation.
Il s’avère que ce vendredi 5 Février 2021, ladite commission a donné le feu vert à la demande de l’Autorité Palestinienne à la majorité des voix, y compris celle de Brichambaut.

Ingratitude

There is something indecent about the spectacle of international well-being at the induction of Joe Biden. Indeed, Trump’s accusations that massive irregularities occurred during the election were, on purpose, not seriously considered and verified. This, in an atmosphere of maximum tension, when the Democratic Party and the ruling class were determined to overthrow Trump at all costs, with the unprecedented support of a partisan media power, largely complicit.

INGRATITUDE

Il y a quelque chose d’indécent dans le spectacle des réjouissances de la bien-pensance internationale lors de l’intronisation de Joe Biden. En effet, les accusations de Trump selon lesquelles se sont produites des irrégularités massives lors de l’élection, n’ont pas été sérieusement examinées ni prises en compte, dans une atmosphère de tension maximale, quand le parti démocrate et la classe dirigeante étaient déterminés à renverser Trump à tout prix, avec le soutien sans précédent d’un pouvoir médiatique partisan, totalement complice.