Quelques réflexions sur la gestion du Coronavirus

Il peut sembler utile de réfléchir aux caractéristiques de la pandémie actuelle sans précédent et à la façon dont elle est traitée par les autorités en Israël et dans le monde.
Remarquons d’abord que l’inégalité habituelle entre les pays développés et les pays sous-développés n’apparaît pas à cette occasion : Les Etats-Unis sont le pays le plus touché, alors que ce pays est parmi les plus développés de la terre et certains pays européens développés ont été durement touchés.
L’on peut avoir des doutes sur l’authenticité des chiffres publiés dans les pays autoritaires mais aussi sur le nombre des décès, même dans certains pays démocratiques, qui ont une centralisation excessive de l’information. En France par exemple, où l’agence France Presse est totalement contrôlée par l’Etat et a le monopole de la diffusion des nouvelles, depuis la seconde vague, ce nombre est étrangement bas et la différence avec la première vague est peu crédible.

La variabilité des taux entre les différents pays peut s’expliquer par divers facteurs : les habitudes sociales, le niveau de la médecine, les variations et mutations du virus, la génétique des populations ou encore l’histoire virale des différentes régions du monde.

L’on constate aussi que la course au vaccin est devenue un enjeu commercial et politique de premier plan et l’on remarque désormais une grande discrétion sur le sujet.

Il faut noter aussi que le monde médical et le monde scientifique sont très divisés à propos du corona et ont visiblement du mal à cerner ce virus qui ne ressemble pas aux profils connus.

Signalons aussi que la genèse du virus reste mystérieuse et controversée : Les médecins de Wu-Han en Chine qui avaient tiré la sonnette d’alarme semblent être tous morts. Le centre d’études virales de Wu-Han construit par les Français, n’aurait pas reçu l’approbation de conformité du bureau d’Etudes français qui avait pour mission de vérifier la conformité de la construction aux normes. En outre, Le contrat de coopération franco-chinois pour exploiter ce centre aurait été dénoncé par les Chinois. Le passage du virus par une chauve-souris ou un pangolin qui aurait facilité sa transmission à l’Homme, est peu vraisemblable. Bref, cela fait beaucoup de mystères.

En Israël, la différence de traitement entre la première et la deuxième vague est surprenante. Non seulement l’efficacité relative du traitement de la première et son contraire lors de la deuxième vague, mais surtout le positionnement des médias dans les deux cas : présentation quotidienne des chiffres en comparaison avec le reste du monde lors de la première vague, et « oubli » total du reste du monde lors de la deuxième ! De plus, les chiffres deviennent imprécis et manipulatoires lors de la deuxième vague.

Il semble que l’on puisse dégager en Israël quatre problèmes majeurs :

-l’attitude des Haridim qui ne veulent pas se plier aux règles sanitaires dans les Yeshivots et les Synagogues ;

-l’attitude des Arabes israéliens qui ne veulent pas se plier aux règles sanitaires lors des mariages monstres qu’ils célèbrent ;

-l’attitude des Anti-gouvernementaux qui ne veulent pas se plier aux règles sanitaires et sont acharnés à manifester contre le Premier-Ministre tous les jours ;

(Le refus des uns justifiant le refus des autres et se renforçant mutuellement dans une irresponsabilité coupable.)

-l’attitude irresponsable des médias diffusant en permanence un message négatif et démobilisant face aux efforts des autorités, incitant et dénonçant tout à la fois le désordre, la confusion, l’illogisme, à tout propos et hors de propos, augmentant délibérément l’angoisse de la population et sa lassitude.

On remarque aussi que la crise sanitaire devient un enjeu politique majeur lors de la seconde vague, pour tout et n’importe quoi, alors même qu’a été constitué un gouvernement d’Union pour précisément faire face au corona.

Il ne fait plus aucun doute que la sortie beaucoup trop rapide du confinement après avoir jugulé la première vague, a eu des effets catastrophiques, alors que semble-t-il, plusieurs Etats de population comparable ont réussi une sortie beaucoup plus progressive ayant maintenu un taux de contagion bien inférieur.

Il conviendrait en Israël de rétablir la confiance entre les Autorités et la population d’abord en simplifiant toutes les instructions et en faisant obligation aux Médias de les diffuser. Afin de faire respecter les consignes aux Haridims et au secteur Arabe, il convient de limiter sévèrement le droit de manifestation. A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles pour une durée limitée, c’est ainsi que l’on assure la défense de la démocratie et des libertés publiques. Que cette évidence puisse échapper au Conseiller Juridique du Gouvernement a de quoi surprendre.

L’on est en droit d’espérer aussi une coopération internationale plus étendue face à ce fléau. L’on a un peu trop l’impression que chaque pays tente de faire face seul à l’adversité commune, et que les citoyens presque partout immatures, jugent leurs gouvernements responsables du malheur. Le corona ne sera vaincu que par une prise de conscience mondiale de la nécessité d’une solidarité concrète de l’humanité entière.

Léon Rozenbaum

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *