La réélection de Netanyahou

La réélection de Netanyahou qui va pour la cinquième fois constituer le Gouvernement d’Israël en tant que Premier Ministre, lance un défi à tous ceux qui, à l’intérieur comme à l’extérieur, escomptaient voir sa carrière finie. Il faut répéter que ses succès sont considérables. L’économie du pays est florissante, les réserves de devises satisfaisantes, le chômage est au plus bas, l’Armée est bien équipée avec une technologie dans certains domaines, parmi les plus avancées et sa diplomatie personnelle a assis l’Etat d’Israël dans la position d’une puissance régionale incontournable au Proche-Orient et prise en compte par les leaders mondiaux les plus importants, malgré le persistant mépris des dirigeants d’une Europe de l’Ouest déclinante.

L’inventivité israélienne ne se dément pas et si l’engin lunaire israélien « Berechit » s’est malheureusement écrasé sur la lune juste avant l’atterrissage, il s’agit pourtant d’un exploit à de nombreux points de vue pour un pays aussi petit que le nôtre. En effet le coût de l’opération est d’une très grande modicité relative, la technique employée pour atteindre l’orbite lunaire pleine de trouvailles et l’effort de recherche accompli n’est nullement perdu pour les prochaines missions.

Malgré un régime électoral à la proportionnelle intégrale qui confère souvent aux petits partis sectoriels un poids démesuré, l’élévation du seuil d’éligibilité minimal a permis un renforcement du bipartisme et assure cette fois au Premier Ministre la perspective d’un Gouvernement stable.

Rien de tout cela ne change l’acuité des dangers que l’instabilité chronique du monde musulman fait peser sur le pays. En  particulier les tentatives répétées du régime des Ayatollahs iraniens d’installer des forces et des armements sophistiqués tout autour d’Israël, combattues discrètement mais efficacement par Israël peuvent toujours déboucher sur une confrontation beaucoup plus large. L’agressivité pleurnicharde du Hamas à Gaza ne se dément pas, rendant très difficile la vie des citoyens du sud d’Israël. L’irrédentisme systématique d’Abou Mazen (Mahmoud Abbas) empêche d’autre part une normalisation minimale avec les Arabes de Judée-Samarie, alors qu’une coopération économique bien plus poussée avait vu le jour avant les accords d’Oslo.

Les politiques et la presse européens de l’ouest portent une immense responsabilité dans cette situation en soutenant massivement toutes les revendications des Arabes palestiniens même les plus outrancières et en ignorant grossièrement les droits humains et historiques des Juifs dans leur patrie. La montée de l’antisémitisme en Europe, qui se révèle enraciné dans l’âme du continent, conduit manifestement les Européens vers une impasse et les Juifs européens vers Israël.

On est en droit d’espérer que les tentatives d’abattre Netanyahou par des moyens non démocratiques en abusant des positions de force de la gauche israélienne postmoderne et post sioniste dans la police et la justice vont désormais se résorber puisque ses éventuels successeurs se conformeraient exactement à sa politique. La gauche israélienne aurait donc tout à y perdre et sombrerait pour de longues années.

Ce dernier vote indique aussi que la société israélienne, dans sa variété, reste profondément attachée aux valeurs bibliques, à la famille, aux enfants, à l’éducation et regarde son avenir avec confiance.

Les immigrants venus de France en Israël ont désormais un poids plus important qui devrait se traduire par l’exigence d’une politique réelle d’Alyah qui ne se satisferait pas de vagues déclarations mais bien d’investissements concrets sur le budget de l’Etat. Le processus de rassemblement des Exils s’avère plus long que prévu, mais ceux qui ont la joie de le connaître de l’intérieur, une ou deux générations après la Shoah, peuvent légitimement connaître la jubilation de ces retrouvailles avec le Peuple et la Terre après une si périlleuse traversée de l’Histoire.

Léon ROZENBAUM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.