L’Etat, le Kotel, les Libéraux et les Orthodoxes

La querelle entre le Judaïsme libéral américain et l’Etat d’Israël à propos des règlements applicables au Mur Occidental du Mont du Temple, n’est pas anodine. Ce qui s’y dévoile est loin d’être aussi simple que ce qu’une logique simpliste voudrait faire croire.
Pour les Juifs libéraux des Etats-Unis, une tendance ultra-orthodoxe du Judaïsme tente d’imposer sa loi contestable aux autres courants actuels au sein du Peuple Juif, alors que ce lieu saint appartient au Peuple d’Israël tout entier.
Pour ceux qui pensent que le Peuple Juif ne saurait au point nodal de son Histoire et de son espérance faire l’économie du respect de la « Halacha », la Loi juive traditionnelle, au contraire, il convient à l’évidence de ne pas permettre en ce lieu des pratiques qui une fois tolérées, risquent de glisser sur la pente de la permissivité vers des situations inextricables et inacceptables.

Mais il y a aussi autre chose: qui doit donner le ton et qui a l’autorité morale au sein du Peuple Juif à propos d’une question aussi essentielle? Est-ce l’appareil de l’Etat juif souverain ou les représentants d’une part importante d’une communauté juive de l’exil, dont les choix de plus en plus clairs, l’éloignent à la fois de la tradition juive et surtout de l’Etat juif souverain?

Tout le monde sait que 50% des contributions électorales en faveur d’Obama émanaient de cette communauté libérale américaine alors même que ce dernier menait une politique largement hostile à Israël. Tout le monde sait que de plus en plus, aux USA,  des Juifs peuplent voire animent les menées criminelles de BDS, sur les campus et ailleurs.

Est-il concevable que la communauté juive libérale américaine exerce un chantage sur le Gouvernement d’Israël mettant en balance son soutien à l’effort de guerre et à l’effort de défense médiatique de l’Etat juif contre l’accès au Kotel de pratiques qui pourront être vécues comme offensantes?

Personne n’ignore qu’il existe aux USA des synagogues réservées aux communautés LBTA. Demanderont-elles bientôt un accès privé au Kotel, alors qu’elles promeuvent des comportements sévèrement réprimés par la Loi Juive?

Lorsque, par ailleurs l’identité juive se résume, pour une proportion importante des membres de la communauté juive libérale américaine au « sens de l’humour » loin de toute pratique juive authentique, loin de tout lien avec l’Etat juif, certaines mises au point deviennent nécessaires. L’on ne pourra pas indéfiniment mettre sous le tapis ce qui s’annonce, à D. ne plaise, comme un schisme. La montée de l’antisémitisme aux Etats-Unis pourrait bien, dans un avenir proche, remettre les montres à l’heure pour une communauté qui s’est largement perdue.

Rien de tout cela ne justifie la violence exercée par certains courants haredis contre des femmes qui souhaitent, dans le cadre de la Halacha, prier à leur manière en ce lieu si chargé de passion et d’émotion.

C’est à l’Etat d’Israël qu’il appartient de prendre ses responsabilités sur ces questions. Le fait que le système électoral israélien continue de se fonder sur la proportionnelle, entraine la formation de coalitions qui donnent souvent à des partis-charnière un pouvoir important. C’est le cas des partis orthodoxes. Ces citoyens israéliens ont le droit d’exprimer leur opinion et leur sensibilité, comme les autres, et d’obtenir éventuellement gain de cause. C’est la règle démocratique. Le chantage d’une communauté de l’exil, est lui, en dehors du jeu démocratique. Il est inacceptable.

Léon ROZENBAUM

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *