Non par peur, mais par lucidité

Dans un vieux pays comme la France, les soubresauts politiques constituent une situation inhabituelle et pleine de dangers. La population juive d’un pays autre qu’Israël a toujours des raisons de craindre l’instabilité dans ce pays.
C’est toujours dans ces moments de crises que se réveillent les vieux démons. La haine des Juifs en est un. Surtout si la situation de ce point de vue s’est dégradée depuis longtemps, l’antisémitisme de gauche en France marchant désormais sans conteste main dans la main avec l’antisémitisme de droite.

C’est devenu un lieu commun de remarquer que l’arrivée massive en France et en Europe depuis une trentaine d’années d’une population attachée à la civilisation musulmane a créé un déséquilibre dans l’ensemble de la société qui explique notamment la montée de l’extrême droite.

Or, d’une part, la civilisation occidentale est demeurée profondément attachée à ses sources chrétiennes qui ne vont pas sans affrontement avec les principes musulmans quand la population qui porte et pratique ces derniers est devenue une minorité significative sur le territoire et met en œuvre sans honte une stratégie de prise de pouvoir caractéristique.

D’autre part, la haine des Juifs développée par le Coran est si « naturelle » en milieu musulman, qu’elle  amplifie les « a priori » antijuifs endormis dans la société globale après la défaite du nazisme, la haine sélective de l’Etat juif souverain n’étant qu’une mutation du vieil antisémitisme.

Mais ce qui est le plus inquiétant et le plus explosif est la continuation du déni des élites politiques et médiatiques en France face aux problèmes liés à la montée de l’Islam, comme si ne pas dire les faits, les cacher, les déformer, les travestir, allait régler les problèmes! Or cette attitude a été aussi bien celles des gouvernements de gauche que celle des gouvernements de droite, sur fond de corruption, avec une fuite en avant pour accuser Israël de la responsabilité de leurs malheurs.

Ce qui est peut-être le plus frappant,  dans la campagne présidentielle actuelle, c’est que si tous s’accordent à reconnaître enfin un état de crise en France, bien peu mettent un nom sur le mal véritable.

Tous les ingrédients sont réunis pour une conflagration où les Juifs ont des coups à prendre. Le nier aujourd’hui de la part des Juifs serait une inconséquence et une trahison historique. La vraie « Mémoire de la Shoah », c’est d’abord la capacité de ne plus se leurrer.

Les cent mille Franco-israéliens qui vivent dans l’Etat d’Israël ne peuvent qu’inviter leurs frères juifs restés en exil à les rejoindre, non par peur, mais par lucidité et en prenant conscience que pour être aujourd’hui de véritables acteurs dans l’Histoire du monde, les Juifs doivent le faire sans masque et sans faux-semblants, en assumant pleinement leur identité hébraïque.

Léon ROZENBAUM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *