Communautarismes

Ces dernières années le terme de « communautarisme » semble désigner une idéologie contraire aux traditions françaises de Liberté, Egalité, Fraternité, dont le but serait de fracturer l’unité nationale au profit d’un émiettement racial et religieux venu d’ailleurs. La mise hors la loi du « Burkini » et sa mise en œuvre brutale ces dernières semaines par différentes municipalités françaises et la réaction du Conseil d’Etat contre ces mesures, éclairent le malaise évident autour du « communautarisme ».

Ces dernières années le terme de « communautarisme » semble désigner une idéologie contraire aux traditions françaises de Liberté, Egalité, Fraternité, dont le but serait de fracturer l’unité nationale au profit d’un émiettement racial et religieux venu d’ailleurs. La mise hors la loi du « Burkini » et sa mise en œuvre brutale ces dernières semaines par différentes municipalités françaises et la réaction du Conseil d’Etat contre ces mesures, éclairent le malaise évident autour du « communautarisme ». Or, les concepts politico-religieux qui ont animé le débat sociétal en France pendant deux siècles, le jacobinisme, la laïcité, sont inadéquats pour rendre compte et encore moins régler les difficultés qui résultent d’une immigration musulmane massive. Le programme fondamental de l’Islam est la domination politique du monde en vue d’établir le royaume de D.ieu sur terre. Entretemps, les musulmans doivent, à leurs yeux, obtenir et conserver la suprématie dans tous les domaines. Sur ce point le Christianisme et sa devise: « Hors de l’Eglise point de salut » n’est, au départ, pas vraiment éloigné de ce point de vue, mais dès le 16ème siècle la Réforme a largement contribué à entamer ce principe. Quant au Judaïsme, sa seule conquête obligatoire est celle d’une terre très modeste, entre Jourdain et Méditerranée, la Terre d’Israël. Pour le reste, comme il admet que le monde repose sur les Justes des Peuples, de concert avec les Justes d’Israël, il n’a pas d’ambition planétaire autre que la reconnaissance future, librement consentie par l’Humanité entière, de la Royauté divine. Le Christianisme et le Judaïsme ont en commun de s’être donnés des règles d’interprétation qui dans de nombreux cas ont fait évoluer la règle écrite, voire l’ont contredite, pour aboutir à l’émergence de la civilisation occidentale des temps modernes caractérisée par la reconnaissance des Libertés Publiques, de l’égalité entre tous les Hommes, du concert des Nations  et d’un effort d’élimination des conflits. L’islam, pour sa part est largement resté bloqué dans un idéal inspiré du mode de vie des tribus nomades qui peuplaient la péninsule arabique au 7ème siècle. Il se trouve toujours quelqu’un dans le monde islamique pour juger ”infidèle », un musulman qui s’avise de faire évoluer si peu que ce soit les us et coutumes imposées par le prophète de l’Islam, et le condamner à mort. Sans parler du sort des Dhimmis, les « protégés » que sont les Chrétiens et les Juifs dans la vision islamique, (à la différence des animistes promis à l’égorgement automatique) à condition qu’ils acceptent un statut vexatoire proche de l’esclavage. Lorsque les Juifs et les Chrétiens refusent ce statut, ils deviennent des révoltés qu’il est « juste » de châtier par la mort. L’on ne peut rien comprendre au terrorisme islamique qui s’est développé ces dernières années, si l’on n’a pas ces données en tête. Or, depuis le chantage au pétrole inauguré en 1973, l’Occident s’est couché devant l’Islam. Toutes les ruses de la conscience, toutes les langues de bois ont été mises en œuvre pour refuser la réalité de l’invasion islamique de l’Europe et la remise en cause de ses principes organisationnels et de ses valeurs. Pire, l’Europe a largement accepté non seulement le lâchage d’Israël, mais l’antisémitisme revigoré par les obsessions musulmanes antijuives. On ne peut comparer une communauté juive en France qui s’est toujours vécue comme minoritaire et s’est conformée aux règles en vigueur dans la société globale, et une communauté musulmane qui constitue déjà près de 20% de population et dont l’objectif est à terme la domination. Or la réaction si tardive des Européens de souche englobe stupidement les deux communautés dans le même opprobre. Comme les choses sont engagées, les Juifs de France devraient comprendre qu’un retour en arrière vers la normalité humaniste en Europe est impossible. Leur place est en Israël.

Léon ROZENBAUM

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *